Coup de froid aux fesses : le bain de siège.

Coup de froid aux fesses : le bain de siège.

C’est quoi un bain de siège ?

Il ne s’agit évidemment pas d’une technique pour nettoyer les fauteuils de la maison ni les sièges de votre voiture. Non, comme son nom l’indique, il s’agit de tremper votre « siège » donc votre postérieur dans de l’eau. Cette technique est aussi appelée « bain dérivatif ».

C’est une pratique qui améliore le bien-être de manière générale. Les bienfaits sont nombreux et d’autant plus si vous le combinez à une alimentation saine et variée riche en fruits et légumes.

 L’eau froide est une véritable source de jouvence car son effet vaso-constricteur réactive le système neurovégétatif (coeur, foie, estomac, etc), mais aussi le système hormonal et immunitaire. Son action va permettre aussi d’attirer les toxines en périphéries vers les organes d’élimination afin qu’elles soient éliminées via les selles et l’urine.

siège dans l'eau

Pour quoi faire un bain de siège froid ?

Et bien tout simplement parce qu’il :

– stimule la circulation sanguine
– désintoxique et draine l’organisme
– soulage les hémorroïdes
– décongestionne le bas-ventre
– régularise les organes sexuels
– apporte un soulagement lors de règles difficiles
– procure un effet tonique et énergisant sur tout l’organisme 

En pratique, comment on fait ?

Dans une baignoire, un bidet, une bassine ou n’importe quel contenant dans lequel votre séant peut rentrer, mettez de l’eau froide, autour de 15°C ou plus fraiche pour les plus courageux (ne dépassez pas 18°C).

Couvrez vous le haut du corps suffisamment chaudement – avec un pull, une grosse écharpe, un plaid. Vous pouvez mettre aussi des chaussettes, chaussons, pour avoir une sensation générale de chaleur.
Remplissez le fond de votre contenant, avec l’eau froide puis asseyez-vous sans slip.

Oui je sais, ça pique un peu la première fois mais la sensation de froid disparaît rapidement.

Une fois les fesses dans la flotte, restez y durant 10 minutes au minimum et jusqu’à 30 minutes voire 1 heure si vous êtes corpulent ou encombré ; toutefois 20 minutes constitue une bonne moyenne.
Après le bain, restez bien au chaud afin de favoriser la détente.

IMG_1312

Quand pratiquer ?

Dans les moments de crises (hémoroïdes, douleurs sacro-iliaques, règles douloureuses, etc) vous pouvez réaliser ce bain 2 fois par jour en fin de matinée et d’après midi. Le tout c’est de le faire avant le repas, car le froid coupe la digestion (les organes digestifs aiment la chaleur).

Et là, vous entendez dans votre tête, la voix de votre mère qui, à la plage, vous disait quand vous étiez gamin « ne va pas te baigner de suite ! Attends 2h après manger ! ». Vous comprenez pourquoi maintenant ?!

 Vous pouvez intégrer cette pratique à vos habitudes d’hygiène de vie. Par exemple 3 à 4 fois par semaine correspondent à un bon entretien. Il est possible aussi de le faire durant 3 semaines, dans le cadre d’une cure détox.

Précautions

Attention ! Il ne faut absolument pas avoir de sensation de froid, même des frissons. Il faut avoir positivement chaud, avec une sensation de fraîcheur strictement locale. Sinon, l’effet bénéfique du bain est annulé.

Dans les moments de grande fatigue, le corps voit sa capacité de régulation thermique diminuer, il sera donc difficile de tenir le bain dans ce cas là.
Si vous ressentez une sensation d’épuisement après le bain dérivatif, réduire la durée ou la fréquence et ne rien forcer.

Contre-indications :

  • grossesse : attendre 3 mois ;
  • après une opération chirurgicale (attendre la complète cicatrisation)
  • épuisement physique lié à une maladie grave ou à l’âge ;
  • port d’un stimulateur cardiaque (dans ce cas, restez prudent et arrêtez si les bains provoquent de la tachycardie).

 

Alors, prêts à essayer ?

Noémie Vega